epigraphiebyzantine.fr



Région_Grèce_ 9 textes

Corpus_Péloponnèse (Grèce)_Acrocorinthe ?_142

Léon VI (886-912) ? - Construction d'un tour à feu.
Dernière édition : A. GUILLOU, Recueil des inscriptions grecques médiévales d’Italie, 1996, n°43, p. 39-41.

+ Ἄναξ Λέων ἔστησε πύργον ἐνθάδε
+ λύχνω προφαίνειν τοὺς λόχους τῶν βαρβάρων.
+ Χ[- - ? - - - ]

tour à feu.

"Le maître Léon a érigé ici une tour pour signaler par le feu les troupes des barbares."


Corpus_Péloponnèse (Grèce)_Sparte_143

Constantin VIII (1er mai 1027) - Typikon de fondation religieuse.
CIG IV, 8704 ; A. PHILIPPIDIS-BRAAT, TM, 9, 1985, n° 43, p. 300-303.

+ Ἐν ἐλέη κὲ πλήθους ἰκτηρμῶν καὶ κελεύσεως τοῦ παντοκράτορος θεοῦ ἀνηκοδωμήθη τὸ θεωφίλακτον ἔργον, ἡ πανάγαστος νέα γέφυρα ἐπὴ κάστρου Λακεδαίμονος ἐν τῷ ποταμῷ το λεγομένο Ἴρη, παρ’ ἐμοῦ Νηκωδίμου μοναχοῦ. Καὶ τεληοθέντος ὑπὼ πολῦς μου πενίας τὸ θ(ε)ωπρεπὲς ἔργον ἠβουλίθεν τῇ τοῦ θεοῦ κελεύσι ἀνεγῦρε ἐκ βαράθρον ἅγιων ναὼν κὲ κάλιστον τοῦ κυριοῦ ἡμῶν Ἰησοῦ Χριστοῦ ἐν το ἀρηστερο μέρη τῖς γεφυρος, ὥστε ἦνε τὴς ἐκλησήαν ἰς περηπίησιν τοῦ γεφυρίου. Ἀνικοδομηθέντος τοῦ ναοῦ ἐπὴ τοῦ εὐσεβεστάτου βασηλέως Κονσταντίνου, κατὰ νοῦν δὲ λαβὸν τὴν τοῦ θανάτου ἅωρον ἐπέλευσην, ἰβουλήθην ἐπὴ ζωῆν μου ὀχυροσε τὴν τοῦ θεοῦ ἐκλησίαν· ἐν πρότης μὲν βασηλέως τὸ αὐτεξούσηων, ἐπησκέπτεσθε δὲ αὐτὴν κ(αὶ) ἐπημελῆστε παρὰ τοῦ κρητοῦ κὲ στρατηγοῦ, τοὺς πράτουντας ἰς τὸ θέμαν, κὲ μὴ ἐᾶν τὸν ἐπήσκοπ(ον) τῆς αὐτῖς πόλ(εως) ἅμα κὲ τοῦ κλήρου αὐτοῦ ἐπεξουσηάζην ἐν τῇ ἐκλησίᾳ μήτε βῆμα ποδός. Μετὰ δὲ τῆς ἐμῆς τελευτῆς ἵνα κυβερνᾶτε κὲ διορθοῦτε ἡ μονὴ παρὰ τον ἀνοτέρος προλεχθέντος καὶ ἵνα διαλέγουτεν ἀνφώτερι, ἣ κὲ ἧς ὃς εὑρεθῖ ἐπὴ τοῦ τόπου ἐκ τοὺς ἀνφοτέρους, καὶ προχιρήζοντε ἱγούμενον ἐκ τοὺς εὑρησκομένους μο(να)χ(οὺ)ς ἐν τῇ μονῖχρίσημον ὄντα, ἀπὸ ξένης δὲ ὑποταγῆς μὴ πρωχιρίζην ἱγούμενον· ἵνα δὲ ἐπιμελῆται ὁ ἱγούμενος τῆς ἐκλισήαν κὲ τὼ γεφύρην καὶ τοὺς ἀδελφοὺς ἐν ἀγάτῃ, ἐάν δαὶ ἀμελος γένητε, διαδεχέσθω καὶ ἰς τὰ ΑΤΗnωϹΡΑ ἔστω καὶ προχιρήσθω ἕτερος ἐκ τοὺς ἀδελφούς· ὥ τι δαὶ πιήσῃ ὁ βασηλεὺς κὲ ὁ χριτὴς καὶ ὁ στρατηγὸς μετὰ τῖς ἐκλισήαν, ἵνα τὰ εὕρουν παρὰ το θ(ε)ῷ. Ὅστις δὲ οὐκ ἀκούσι ἢ ἀνατρέψῃ τὰ παρ’ ἐμοῦ διορρησθέντα, ἵνα ἔχις τ’ ἀναθεμαν ἀπὸ τον ἁγίων ἀποστόλων καὶ ἀπὸ τõν τιη’ πατέρων καὶ τὴν ἀρὰν τοῦ Ἱούδα κὲ κλιρονομῖς τὴν ἐόνιων κόλασην μετὰ τον ἰπόν(των) ἆρον ἆρον σταύροσων τὸν υἰ(ὸ)ν τοῦ θεοῦ, κὲ ἔστο ἀμέτοχως τõν χρηστιανõν καὶ ἀκυνόνιτος τῆς δωρεᾶς τοῦ Χριστοῦ. Ἐγράφη ἡ παροῦσα διατύποσης ἐκ προτροπῖς ἐμοῦ Νικοδίμου μωναχοῦ μηνὶ Μαΐου αʹ ἰνδικτιῶνος ιʹ ἐν το ἔτη το ͵ϛφλεʹ. Μνήσθιτη δαὶ κ(ύρι)ε τῶν σθντρεχώντων καὶ λύσην δίδου πασῶν τον ὠφλιμάτων. Ἀμήν.

"Par la piété et l’abondance de miséricorde et l’ordre du dieu tout-puissant, a été édifié l’ouvrage protégé de Dieu, le nouveau pont très admirable du kastron de Lacédémone sur le fleuve appelé Iris, par moi, le moine Nikodèmos. Et une fois achevé par mes très pauvres moyens l’ouvrage qui siet à Dieu, je voulus sur l’ordre de Dieu ériger depuis les fondations une église sainte et très belle de notre Seigneur Jésus-Christ du côté gauche du pont, de ma-nière que l’église servît à la protection du pont. L’église ayant été édifiée sous le très pieux empereur Constantin, ayant à l’esprit la survenue imprévisible de la mort, je voulus, de mon vivant, mettre à l’abri l’église de Dieu ; que (d’abord), son autonomie soit entre les mains de l’empereur, qu’elle soit inspectée et entretenue par le stratège qui sont en exercice dans le thème, et qu’il ne soit pas permis à l’évêque de cette ville avec son clergé d’empiété fût-ce d’un pas dans l’autorité sur l’église. Qu’après ma mort le monastère soit gouverné et dirigé par les (autorités) susmentionnées, qu’ils décident ensemble – ou même un seul, celui des deux qui se trouverait sur place – du choix d’un higoumène capable parmi les moines se trouvant dans le monastère, mais qu’ils ne choisissent pas d’higoumène d’origine étrangère ; que l’higoumène prenne soint de l’église, du pont et des frères avec charité, mais s’il montre de l’incurie, qu’on lui donne un successeur et qu’il soit destitué ( ?), et qu’un autre soit choisi d’entre les frères ; ce qu’auront fait l’empereur, le juge et le stratège pour l’église, que Dieu la leur rende. Et quiconque n’observera pas ou enfreindra mes dispositions, qu’il encoure l’anathème des saints apôtres et des 318 pères et la même malediction que Judas, qu’il ait en partage le châtiment éternel en compagnie de ceux qui dirent : « A mort ! A mort ! Crucifie le fils de Dieu ! », et qu’il soit mis au ban des chrétiens et exclu de la communion à la grâce du Christ. La présente diatypôsis a été écrite à l’instigation de moi-même, moine Nikodèmos, le 1er jour du mois de mai, indiction 10, l’an 6535 (=1er mai 1027). Souviens-toi, Seigneur, de ceux qui prêtent leur concours et accorde-leur la remise de toutes leurs dettes. Amen. (Traduction A. Philippidis-Braat)"


Corpus_Péloponnèse (Grèce)_Argos_144

Manuel Comnène (1173-1174) - Restauration d'une église.
Dernière édition : A. PHILIPPIDIS-BRAAT, TM, 9, 1985, p. 309-310, n° 52, pl. XIII, 1.

+ Ἀνεκτίστι ὀ πάνσεπτος ναὸς τῖς ὑπεραγύας θεοτόκου ἐπησκόπου ἱμον Ἄργους (καὶ) Ἐναπλίου, βασηλέβοντος Μανοΐλ δεσπότου τοῦ Κομνυνοῦ (καὶ) πορφυρογεννήτου, ἐπισκόπου δὲ ὑμον κυροῦ Νικύτα, ἔτους ͵ϛχπβʹ.

"A été reconstruite la très vénérable église de la très sainte Mère de Dieu par notre évêque d’Argos et de Nauplie, sous le règne de notre seigneur Manuel Comnène, porphyrogénète, et kyr Nikètas notre évêque, l’an 6682 (=1173/1174)."


Corpus_Golfe de Corinthe (Grèce)_Lidoriki_145

Alexis III Ange (1198) - Inscription de fondation dans le monastère d'Agha Moni.
Dernière édition : O. DELOUIS et D. ROUSSET, « La dédicace d’Aghia Moni Kokkinou (Hellade) de 1198 », REB, 70, 2012, p. 221-244 (photographie).

+ Δεδόμητε τῇ Θεοῦ βοηθήᾳ έκ τοῦ μὴ ὄντος ὁ θῆος καὶ πάνσεπτος ναὸς οὗτος τῆς ὑπεραγίας δεσπήτης ἡμῶν Θεοτόκου παρὰ τοῦ μοναχοῦ καὶ ἁμαρτολοῦ Μύρωνος, ἐπὴ τῆς βασηλίας τοῦ κυροῦ Ἀλεξήου καὶ μεγάλου βασιλέος ᾿Ρομέων τοῦ Κομνηνοῦ, οἰκουμενοκοῦ δὲ πατριάρχου κυροῦ Γεωργίου καὶ τοῦ πανιεροτάτου ἡμῶν μητροπολίτου Λαρίσης Ἑλλάδος (?) Νικωλάου τοῦ Μουζάλου, Θεοῦ ΚΕ (. . ἐπὶ ?) τῷ σταβρωπιγίῳ πατριαρχικῷ (?) (...) μηνὶ Σεπτεμβρίῳ ἰνδικτιῶνος βʹ ἔτους ͵ϛψζʹ +

Myrôn, moine. Georges, patriarche de Constantinople Nicolas Mouzalos, métropolite de Larissa stavropégie

"Le très divin et très vénérable sanctuaire de notre Sainte Mère de Dieu a été construit ex-nihilo avec l’aide de Dieu par le moine et pécheur Myrôn, sous le règne du seigneur et grand basileus des Romains Alexis Comnène, sous le seigneur Georges le patriarche œcuménique (et) notre très saint métropolite de Larissa (d’Hellade ?) Nicolas Mouzalos (…par ?) la stavropégie (patriarcale ?..) au mois de septembre, la 2e indiction, l’an 6707 (=septembre 1198). "


Corpus_Golfe de Corinthe (Grèce)_Monastère de Varnakova (Naupacte)_146

1076-1077 et Manuel Comnène (1148-1149)
Dernière édition : O. DELOUIS et D. ROUSSET, « La dédicace d’Aghia Moni Kokkinou (Hellade) de 1198 », REB, 70, 2012, p. 237-244 (photographie).

Δεδόμητε τῇ τοῦ Θεοῦ συνεργίᾳ ἐκ τοῦ μὴ ὄντος ὁ θεῖος καὶ πάνσεπτος νεος τῆς ὑπεραγίας θεοτόκου παρὰ τοῦ ὁσιωτάτου μοναχοῦ κυροῦ Ἀρσενίου ἐπὶ Κοσμᾶ τοῦ ἁγιωτάτου πατριάρχου ἔτους ͵ϛφπεʹ · ὁ δὲ βʹ ναὸς διὰ τοῦ μοναχοῦ κυροῦ Ἰωάννου Βασιλεύοντος κυροῦ Μανουὴλ τοῦ πορφθρογενίτου ἐπὶ Νικολάου τοῦ ἁγιωτάτου πατριάρχου ἔτους ͵ϛχνζʹ ἰνδικτιῶνος ιαʹ +

"Le divin et très vénérable sanctuaire de la très sainte Mère de Dieu a été construit ex-nihilo avec le concours de Dieu, par le très pieux moine Kyr Arsénios, sous kosmas le très pieux patriarche l’an 6585 (=1076-1077) ; et le second sanctuaire au travers du moine Jean, sous le règne du seigneur Manuel porphyrogénète, sous Nicolas le très pieux patriarche l’an 6657 indiction 11 (=1148-1149). "


Corpus_Béotie (Grèce)_Orchomènos (Skripou)_147

Basile 1er, Constantin et Léon (873-874) - Restauration de l'église Saint-Pierre, Saint-Paul et de la Vierge.
N. OIKONOMIDES, « Pour une nouvelle lecture des inscriptions de Skripou », TM, 12, 1994, p. 479-493.

A.
+Παναγήα Θεοτώκε, σὺν τõ μονωγενῇ σου ἱυῷ βοήθι τοῦ σοῦ δούλου Λέωντος βασιληκοῦ προτωσπαθαρίου κὲ ἐπὴ τον οἰκηακῶν σὺν τῖ συνεύνῳ κὲ τῆς φιλτάτυς τέκνυς αὐτοῦ ἐκ πόθου κὲ πήστεος μεγίστις ἀναστίσαντος τὸν σὸν ἅγιον ναόν. Ἀμήν.
+Ἐπὴ Βασιλίου καὶ Κονσταντήνου καὶ Λέωντος
+τõν θεωτάτον βασιλέων τõν Ῥωμέον

Β.
+Ἐκαληέργησεν τὼν ναὸν τοῦ ἀγίου Πέτρου τοῦ κωρυφέου τῶν ἀποστόλων Λέον, ὡ πανεύφιμος βασιληκὸς προτοσπαθάρηος καὶ ἐπὴ τῶν ὐκηακῶν, ὑπὲρ λύτρου καὶ ἀφέσεος τον πολλῶν αὐτοῦ ἁμαρτηον ἐπὴ Ἰγνατήου τοῦ ὐκουμενηκοῦ πατρηάρχου. Ἀμήν.

C.
+Ἐκαληέργησεν τὸν ναὸν τοῦ ἁγίου Παύλου τοῦ ἀποστόλου Λέον, ὁ πανεύφιμος βασηληκὸς προτοσπαθάριος καὶ ἐπὴ τῶν ὐκιακον, ὑπὲρ λύτρου καὶ ἀφέσεος τõν πολλῶν αὐτοῦ ἁμαρτηῶν ἔτους ἀπὸ κτήσεος κόσμου ἑξακισχηλιοστο τριακοσηοστῷ ὀγλοηκοστῷ βʹ.

D.
+Οὐ φθόνος οὐδε χρόνος περιμήκετος ἔργα καλύψει σῶν καμάτων, πανάριστε, βυθῷ πολυχανδεῖ λήθης· ἔργα ἐπει βοόωσι καὶ οὐ λαλέοντα περ ἔμπης. Καὶ τόδε γὰρ τέμενος παναοίδιμον ἐξετέλεσας μητρὸς ἀπειρογάμου θεοδέγμονος ἰφιανάσσης τερπνόν, ἀποστίλβον περικαλλέα πάντοθεν αἴγλην, Χριστοῦ δ’ἑκατέρωθεν ἀποστόλω ἔστατον ἄμφω ὦν Ῥώμης βῶλαξ ἱερὴν κόνιν ἀμφικαλύπτει. Ζῴοις ἐν θαλίη̣σι χρόνων ἐπ’ἀπείρονα κύκλα, ὦ πολύαινε Λέον πρωτοσπαθάριε μέγιστε, γηθόμενος κτεάτεσσι καὶ ἐν τεκέεσσιν ἀρίστοις χῶρον ἐπικρατέων τε παλαιφάτου Ὀρχομενοῖο.+

"A.
Très sainte Mère de Dieu, avec ton fils unique, porte secours à ton serviteur Léon, le protospathaire impérial épi tôn oikeiakôn avec son épouse et à ses enfants bienaimés, ayant élevé le sanctuaire saint comme marque d’amour et de fidélité. Amen. Sous Basile (1er), Constantin et Léon, les divins basileis des Romains.
Β.
A été embelli le sanctuaire de Saint-Pierre, chef des apôtres, Léon, le très pieux protospathaire impérial épi tôn oikeiakôn (a fait) pour le rachat et la remise de ses nombreux péchés, sous Ignace, le patriarche oecuménique.
C.
A été embelli le sanctuaire de Saint-Paul l’apôtre, Léon, le très pieux protospathaire impérial épi tôn oikeiakôn (a fait) pour le rachat et la remise de ses nombreux péchés, l’an de la création du monde 6382 (=873-874)
D.
Ni l’envie, ni le temps prolongé ne cacheront les résultats de ton travail au vaste fond de l’oubli, ô le meilleur des hommes; car tes travaux rugissent, même s’ils ne parlent pas. Tu as accompli cette église chantée de tous de la Mère Pantanassa qui reçu Dieu en elle-même sans connaître le mariage; une église agréable, luisant, brillant de partout de la plus belle lumière; de part et d’autre se tiennent les deux apôtres du Christ, dont la sainte poussière est recouverte par le terre de Rome. Ô Léon, grand protospathaire, couvert de louange, puisses-tu vivre de longues années dans l’abondance, jouissant de tes terres et de tes excellents trou-peaux, tout en contrôlant le territoire du légendaire Orchoménos. (N. Oikonomidès) "


Corpus_Béotie (Grèce)_Thèbes_148

Basile 1er, Constantin, Léon (871-872) - Restauration de l'église Saint-Grégoire.
G. A. SOTIRIOU, « Ὁ ἐν Θήβαις βυζαντινὸς ναὸς Γρηγορίου τοῦ Θεολόγου », Ἀρχαιολοφικὴ Ἐφημερίς, 1924, p. 1-26.

A.
+ Ἐθεμελιώθη ὁ πανσεπτος ναὸς τοῦ ἁγίου Γρηγωρίου τοῦ θεολόγου ἐπὶ τῆς βασιλείας Βασιλείου, Κωνσταντ(ίνου)
κ(αὶ) Λέοντος παρὰ Βασιλείου, βασιλικοῦ κανδ(ιδά)τ(ου), ἔτους ἀπὸ κτίσεως κόσμου ͵ϛτπʹ ἰ(ν)δ(ικτιῶνος) εʹ. Ἀμήν.
+ Οὕτος τιμᾶται, οἱ ἱερεῖς τοῦ Θ(εο)ῦ τὴν ἐκκλησίαν, ὡς τὸν οὐ(ρα)νόν, τὸ δὲ θυσιαστήριον ὡς τὰ ἄδυτα τῶν ἀδύτων.

B.
+ Τέρεμνον, ὅνπερ ὡραϊσμένον βλέπεις
Βασίλειος τέτευχεν ἐκ βάθρων πόθῳ,
δέχοιο τόνδε μοῦ πονήματος δόμον,
Τὸ γρήγορον φῶς τῶν θεοῦ αὐγασμάτων,
ἀντεισάγων μοι ἀμπλακημάτων λύσιν.

"La très sainte église de Saint-Grégoire le théologue a été restaurée sous le règne de Basile, Constantin et Léon, par Basile, Candidat impérial, l’an de la création du monde 6380, indiction 5 (=871-872). Amen. Ainsi soyez honorés, prêtres de l’Eglise de Dieu, qui êtes au ciel, et gardien du sanctuaire qui est le saint des saints.
B.
Cette maison pleine de grâce que tu admires, Basile l’a construire depuis les fonda-tions selon son désir, puisses-tu la reçevoir, fruit de mon dur labeur, que la lumière bienveil-lante des reflets de Dieu m’amène peu à peu à me délivrer de mes fautes. "


Corpus_Epire (Grèce)_Corcyre_149

Manuel Comnène (vers 1149)
A. MARMORA, Della historia di Corfù, 1672, p. 204 d’où CIG IV, n° 8733.

Ἐμμανουὴλ Κομνηνῷ, αὐτοκράτωρ
εὐδαίμονος υἱῷ εὐδαιμονεστάτῳ,
Σικελοὺς τυραννοῦντας
ἐκπολεμήσαντι εὐχαριστήριον
Κέρκυρα νικητήριον.

"A Manuel Comnène, autocrate au fils le plus fortuné parmi les fortunés ( ?), ayant soumis les Siciliens, après avoir porté la guerre juste, victorieux à Corcyre."


Corpus_Thessalie (Grèce)_Vitouma_150

Manuel Comnène (octobre 1161) - Fondation d'une église de la Vierge.
A. AVRAMEA, « Inventaire en vue d’un recueil des inscriptions historiques de Byzance », TM, 10, 1987, p. 372-374, pl. VI, 1.

+ Τὸν ἀπεριγραπτόν σε τοῦ π(ατ)ρ(ὸ)ς λόγον, Σὺν τῆ τεκούση παντάναξ περιγράφω,
τῆ κοσμοσώστω μητροπαρθένω κόρη τάυτη προσδείμ(ας) τόνδε τὸν δόμον πόθω,
ἀιτῶν θελήμων ὡς ἐνὸν λύσιν ὅπ(ως), ἐν ὴμέρα φεῦ χρίσε(ως) χρε(ῶν) λάβω,
Ταρχανιότης Κωσταντῖνος ὁ λάτρης, Σὺν τῆ συζύγω Ζώη δε τῆ κϋρίᾳ
κλεινῶ σεβαστῶ λαμπρῶ τῶ ἀνδρονίκ(ω), εὐργέτη τείνοντι χεῖρα μοι πάλαι : ---

+ ἀνηγέρθη ἐκ βάθρων κ(αὶ) θεμελί(ων) ὁ πάνσεμτος οὗτος κ(αὶ) θείος
ναὸς τῆς ὑπεραγί(ας) Θ(εοτό)κου τῆς ἐπικεκλημ(έν)ης Βητομᾶς, ἐξοικί(ων) ἀνα-
λωμάτων κ(αὶ) κόπων Κωνσταντίνου τοῦ Ταρχανιότου, κ(αὶ) ζώης
τῆς συμβίου ἀυτοῦ, ἐπὶ βασιλεί(ας) Μανουὴλ τοῦ Πορφυρογεννήτου
κ(αὶ) αὐγουστοκράτορος Ῥωμαίων τοῦ Κομνινοῦ · τὸν δὲ π(ατ)ριαρχικὸν
θρόνον ἐπέχοντος Λουκᾶ τοῦ ἁγιωτάτου κ(αὶ) οἰκουμενικοῦ π(ατ)ριάρχου
νέας Ῥώμης μηνὶ ὀκτωβρίω ἰν(δικτιῶν)ος δʹ, ἔτους ͵σχοʹ χειρὶ δὲ
ἰωάννου ζωγράφου Ἁγιοτοῦ : ---

Luc Chrysobergès, patriarche de Constantinople Constantin Tarchaniôtès et Zoé Andronic, sébaste Jean Agiotès, peintre

"Toi le Verbe du Père que l’on veut décrire, je te décris, roi de l’univers, avec celle qui te donna le jour, la Vierge mère par qui le monde fut sauvé. Moi qui ai construit pour elle cette demeure avec dévotion en suppliant de toute ma volonté, si possible, la remise de mes dettes au jour, hélas, du Jugement, (moi) Constantin Tarchaniôtès (ton) adorateur, avec dame Zoé mon épouse (et) Andronic le fameux sébaste, le bienfaiteur qui jadis me tendit la main. Cette très vénérable et divine église de la très sainte Théotokos, sous le vocable de Vitouma, a été construite depuis les fondations, aux propres frais et grâce aux peines de Cons-tantin Tarchaniôtès et de Zoé son épouse, sous le règne de Manuel Comnène le porphyrogénète et augustokratôr des Romains, tandis que Luc, le très saint patriarche oecuménique de la Nouvelle Rome, occupait le siège patriarcal. Au mois d’octobre, indiction 4, l’an 6670 (= octobre 1161). Par la main du peintre Jean Agiotès. (trad. A. Avraméa) "


haut de page