epigraphiebyzantine.fr



Région_Pamphylie_ 2 textes

Corpus_Pamphylie_Attaleia_176

Léon VI et Constantin (908-912) - Dédicace du rempart.
BEAN, Belleten, 22, 1958, p. 43-44.

† Ἀεὶ προνοία πατρικῇ κεχρημένος
ὡς οἷα τέκνοις πᾶσι τοῖς ὑπηκόοις,
ὁ παγγάληνος εὐσεβὴς αὐτοκράτωρ
Λέων σὺν υἱῶ τῶ γλυκεῖ Κωνσταντίνῳ
καὶ πάντα πράττειν συμπαθῶς - - - - - μένος
ὡς τῆς ἁπάντων φροντίσαι σωτηρίας,
καὶ τήνδε σώζων τὴν φιλόχριστον πόλιν,
σοφῶς κατωχύρωσε τείχει δευτέρῳ,
δεικνὺς ἑαυτῆς μᾶλλον ἀσφαεστέραν
ἐχθῶν τε πάσης μηχανῆς ἀνωτέραν.
Καὶ χεὶρ μὲν ἡ μόναρχος ἔργου προστάτις
ὡς καὶ χορηγὸς τῶν καλῶν καὶ δεσπότις·
Εὐφήμιος δὲ τοῦ Κράτους μυστογράφος
θερμῶν ὑπουγρῶν εὐφυὴς ἐπιστάτης.

" Comme toujours, la divine providence du Père s’étant abattue uniquement sur tous les sujets dociles, le très serein pieux autokratôr Léon avec son fils le doux Constantin et les autres, habitué à achever avec compassion autant que de se préoccuper du salut de tous et protégeant la cité aimé du Christ a sagement renforcé le second rempart ; tu te montres encore plus solide et enfin plus haute que toutes les haineuses machines de siège. Autant la main de monarque est celle qui commande à l’ouvrage que celle qui dépense est maîtresse de merveilles. Euphémios, mystographe des souverains intendant bienvenu aux aides salvatrices. "


Corpus_Pamphylie_Attaleia_177

Constantin VII et Zoé (915-916) - Dédicace du rempart.
GREGOIRE, Recueil, 303.

Ἔτους + ͵ϛυκδʹ.
Ἀεὶ προνοία τῶν σοφῶν βασιλέων
Κωνσταντίνου Ζωῆς τε τῶν παναγάθων,
Λέων ὁ πανθαύμαστος ἐν στρατηγήσιν
ἠσφαλήσατο σοφῶς τήνδε τὴν πόλιν
τείχει δευτέρω ταύτην, κατοχυρώσας
πασῶν πόλεων δείξας ἀσφαλεστέραν·
νῦν δ᾿ αὐτὴν καὶ σέσωκεν χειρὶ Κυρίου
εἰς δόξαν Χριστοῦ καὶ καύχημα ῾Ρωμαίων
καὶ κατατροπὴν τῶν δυσεβῶν Ἀγάρων·
ἅπαν δὲ πληροῖ σπουδῆ τόδε τὸ ἔργον
ἑξχιλιοστῶ καὶ τετρεκατοντάδι
Ἰιπλῆ δεκάδι σὺν καὶ τετάρτω χρόνω.
Ινδ(ικτιόνος) δʹ(?).

"L’an 6424. Toujours, la providence des sages et très bons basileis Constantin et Zoé, et l’admirable Léon, qui commandent en ce lieu, protégea cette cité par un second rempart, (et) tu fortifias toutes les cités, prouvant ta puissance ; et ainsi, elle s’est sauvé elle-même par la main du Seigneur, la gloire du Christ et la prétention des Romains, ainsi que la fuite des lâches Agarènes. Cet ouvrage (achevé) avec zèle puisse-t-il tous vous combler, du temps (de l’année) six mil et quatre cent vingt quatre. Indiction 4 (=915-916)."


haut de page